Qui sommes-nous?

La Rochette

La Rochette, Eglise évangélique libre à Neuchâtel, est une communauté chrétienne composée d’environ 300 personnes. Son histoire remonte au mouvement de réveil important qui s’est répandu de Genève dans les cantons de Vaud et Neuchâtel dans les années 1823 et suivantes.

En tant qu’église évangélique installée en terre neuchâteloise, la Rochette fait partie de la Fédération Évangélique Neuchâteloise (FEN) qui est elle-même reconnue par la Commission de Travail oecuménique du Canton de Neuchâtel (COTEC).

Elle appartient en outre à un ensemble de communautés chrétiennes de Suisse romande, regroupées en une fédération appelée FREE (Fédération Romande d’Eglises Évangéliques) dont elle partage la confession de foi.

Par son action, la Rochette essaye de faire connaître Jésus-Christ, de favoriser la croissance spirituelle de ses membres et d’aider les personnes qui éprouvent des difficultés en ville de Neuchâtel et plus loin. Ainsi, elle offre, en plus des rencontres dominicales, des groupes de maisons, des groupes de prière, des activités de jeunesse et récréatives ainsi qu’un repas chaud chaque mercredi à midi. Elle soutient également les actions humanitaires et chrétiennes de certains de ses membres à l’étranger, notamment à l’aide de l’Union Missionnaire (UM).

Au sein de la Rochette, divers responsables bénévoles sont en charge des activités mises en oeuvre par la communauté. Les membres mettent en commun librement une partie de leur argent pour soutenir financièrement l’Eglise et payer les salariés (dont les quatre pasteurs).

Histoire

Les origines de l’Eglise Evangélique Libre de la Rochette remontent aux années 1823 et suivantes, c’est-à-dire dans un mouvement de réveil important qui, de Genève, s’est répandu dans les cantons de Vaud et Neuchâtel.

L’instituteur Jean-François Magnin, prié de quitter La Sarraz en raison de son trop grand zèle pour la propagation de l’Evangile parmi ses élèves, vient s’installer dans son village d’origine, Coffrane.

Là, son engagement spirituel ne faiblit pas. Tout en fréquentant les cultes au Temple de l’Eglise Nationale, Jean-François Magnin prend l’initiative de réunir chez lui des habitants du village. Les rencontres ont lieu sous la forme de que nous appellerions aujourd’hui des groupes de maison.

Les choses s’enveniment lorsqu’un pasteur, Henri Juvet,qui exerçait son ministère dans le canton de Vaud, visite ce petit groupe de chrétiens et leur propose de célébrer la Ste Cène. Un mois plus tard, c’est le pasteur Empeytaz de Genève qui fait la même démarche. Le pasteur de Coffrane défère alors Jean-François Magnin aux autorités civiles et judiciaires. Celles-ci l’emprisonnent au château de Valangin puis le bannissent du canton de Neuchâtel pour une durée de 10 ans. Cette peine sera par la suite réduite à 5 ans.

Ces petits rassemblements de croyants se multiplient dans le canton et à Neuchâtel même, on en compte plus d’un.

Oratoire de la Place d’Armes - Photo Edition ATTINGER

En 1840, un bâtiment est construit à la Rue de la Place-d’Armes mais de sévères restrictions sont imposées. Le local où se tiendront les rencontres ne doit en effet pas occuper le rez-de-chaussée et le bâtiment lui-même ne saurait présenter aucun détail d’architecture qui puisse faire soupçonner que des cultes y sont célébrés…

Cette Eglise va cependant grandir et gagner en importance. Elle sera conduite au fil des ans par plusieurs pasteurs de renom. Elle connaîtra aussi des périodes difficiles, voire tumultueuses à la suite de l’influence du darbysme, de l’arrivée de l’Armée du Salut, pour ne citer que ces exemples.

Dans les années 1945 et suivantes, le bâtiment de la Place-d’Armes va échapper aux membres de la communauté. Par le jeu du passage par héritage des actions détenues au départ par les membres fondateurs, ce lieu de culte va être repris par une entreprise. En attendant de construire l’actuelle Chapelle de la Rochette, terminée en 1948, la communauté se réunira à la Chapelle des Terreaux.

Eglise de la Rochette Dessin de Renée Loeb

L’Eglise, depuis qu’elle est installée dans ces nouveaux locaux, a connu une longue période de stabilité et même de croissance. Récemment, elle a pu acquérir un immeuble adjacent qui a été nommé L’Agardouse à l’usage de différents groupes de jeunes et pour des activités annexes.

L’Eglise de la Rochette a toujours été connue pour l’intérêt qu’elle porte au travail missionnaire au près comme au loin en soutenant l’engagement et l’envoi de plusieurs de ses membres dans le cadre de l’Union Missionnaire pour des séjours de plus ou moins longue durée. De nombreux jeunes s’engagent aussi dans des actions durant les vacances d’été.

texte de Werner Schulthess

Nos bâtiments

La Fondation

La Fondation gère et pourvoit à l’entretien des immeubles que nous utilisons. Elle est dirigée par un Conseil de 3 personnes qui gère pour l’Eglise les budgets et les différents travaux à effectuer.

La chapelle de l’avenue de la Gare

Ce bâtiment a été construit avec l’aide des membres de l’époque. Les rencontres dominicales se déroulent dans la grand salle au 1er étage, tandis que d’autres activités hebdomadaires se déroulent au rez-de-chaussée. Depuis plus de 50 ans, notre communauté se rencontre dans sa chapelle à l’avenue de la Gare 18.

L’Agardouse

Batiment de l'Agardouse

Début 2006, afin de marquer notre présence en ville et d’élargir nos possibilités d’accueil, la Fondation a fait l’acquisition d’un nouveau bâtiment: « L’Agardouse ». Ce dernier se situe à côté de la chapelle (Avenue de la Gare 12).

Dans ces locaux, les pasteurs assurent une présence pastorale en semaine. Diverses activités s’y déroulent telles que: rencontres, ateliers de créativité, cours… En fin de semaine, c’est au tour des groupes de jeunes d’occuper les lieux, et le dimanche, au moment du culte, les enfants y reçoivent un enseignement approprié à leur âge.

L’Océane

Ce bâtiment a été construit en 1996 dans les hauts de Neuchâtel pour abriter le groupe des Flambeaux de l’Évangile. Il se trouve à Pierre-à-Bot, au-dessus des vestiaires du stade de football. Il comprend une grande salle, des dortoirs et une cuisine. La Fondation de la Rochette l’a racheté en juillet 2014, afin de pouvoir y développer des activités complémentaires, principalement orientée vers les familles, les enfants et les jeunes.

Ce bâtiment peut être également loué pour des camps, en semaine ou durant le week-end, ainsi que pour des rencontres de famille, mariages, anniversaires ou autres.

Lien vers le site de l’Océane